Un environnement informatique sécuritaire?







Êtes-vous intéressé à perdre deux ou trois journées de travail, une partie de votre clientèle, voire encore plus?


Je me reprends, un prince d’un royaume jusqu’ici inconnu vous a laissé un héritage de 50 millions de zoukif… Vous n’avez qu’à cliquer ici …


Certainement, vous avez senti l’arnaque… Jamais vous n’iriez cliquer sur ce lien. Le meilleur anti-virus connu à ce jour est votre matière grise… Malheureusement, de l’autre côté de la médaille, « les méchants » eux aussi évoluent.



  1. Leur truc est généralement d’associer l’arnaque avec une émotion. Gain d’argent, un parent [inconnu] éloigné en prison, un retour d’impôt ou au contraire une dette impayée, un courriel bourré de « phôte de phrenssèt ». Dès qu’il faut donner des informations sensibles, il est bon de toujours s’arrêter et de vérifier l’environnement où on donne cette information.
  2. Les versions non à jour des logiciel, des pilotes (logiciels qui font fonctionner les souris, claviers imprimantes, BIOS, etc) — souvent oubliés — et systèmes d’exploitation sont une terre fertile pour faire pousser les graines des virus.
  3. Un courriel arrive avec des noms de sites web où on change le nom du site web pour être légèrement différent du site officiel. On change un « i » majuscule au lieu d’un « el » minuscule… (« I » versus « l ») ou encore un « 1 », quand on va vite et qu’on ne regarde pas attentivement…
  4. Ou encore, on ajoute des morceaux aux noms des sites web. Attention, celle-ci est un peu compliquée…

    « www.projet.banque.com » indique que « projet » est un site web de « banque.com » tandis que le contraire…
    « www.banque.projet.com » indique que « banque » est un site web de « projet.com »

    Si en plus on y met une page qui ressemble à la page de « banque.com » il est facile de s’y faire prendre. Ne jamais activer/cliquer aveuglément sur un lien dans un courriel, même si la source semble être sûre…
  5. Même chose pour les liens de type « https://bit.ly/2jvAoLM » on ne sait jamais ce qu’il y a de l’autre côté.

Une nouvelle loi qui peut avoir un grand impact, si on n’y prend garde :


Le gouvernement fédéral sous Harper (bien avant les débâcles d’Équifax et Facebook) a fait passer une loi (qui devrait entrer en vigueur au mois de novembre) pour tous ceux qui « possèdent, utilisent ou hébergent » des données personnelles. Ils seront obligés d’informer les personnes concernées si la sécurité de leurs données personnelles est compromise. Bref, vous avez été confronté à un problème de virus, vous devrez avertir tous vos clients, sous peine d’amendes. http://www.journaldemontreal.com/2018/04/08/ottawa-va-forcer-les-entreprises-a-divulguer-les-vols


Tout ceci devient rapidement compliqué, surtout que ce n’est pas nécessairement là où on veut mettre tous nos efforts. Faire affaire avec une équipe qui peut vous aider à sécuriser votre environnement informatique, même si ce n’est que pour valider que c’est bien fait, peut s’avérer d’une grande aide.


Besoin de plus d’informations?


Veuillez contacter Jules Boulerice au 514-281-6636 – poste 265 ou Gilles Massicotte au 514-657-2035 – poste 902.


Rédigé par : Joël Decoeur